Participation, Développement Local et Formation des Jeunes Cadres

"Participation, Développement Local et Formation des Jeunes Cadres": de l’expérience du Prix René Cassin aux réseaux internationaux de laboratoires innovants de recherche et formation des cadres du développement local participatif

Panel sur les expériences de planification participative soutenu par l'Assemblée Législative de la Région Émilie-Romagne (Italie)


Le 14 décembre à Bologne s’est déroulée dans la salle Manzi de l’Assemblée législative de la Région Emilie-Romagne le séminaire intitulé "Participation, Développement Local et Formation des Jeunes Cadres": de l’expérience du Prix René Cassin aux réseaux internationaux des laboratoires innovants de recherche et formation des cadres du développement local participatif.

Le séminaire a été organisé conjointement avec l’Assemblée législative de la Région Emilie-Romagne (RER) et la KIP International School ( KIP IS) en considérant trois objectifs: premièrement celui de diffuser et analyser les résultats du Prix René Cassin par le biais des témoignages des primés des éditions dernières, deuxièmement de connaitre quelques parmi les expériences de développement territorial participatif soutenues par la A-L de la Région et enfin d’évaluer la proposition de créer un réseau international d’initiatives formatrices en matière de développement territorial participatif  reliées à un réseau international de laboratoires territoriaux.

Les participants incluaient: dirigeants et techniciens de l’Assemblée Législative et des services de la RER; Professeurs des Universités de Bologne, de Urbino, de Pise, de Milano Bicocca et de l’Université Gaston Berger de St. Louis du Sénégal (en vidéoconférence); les facilitateurs de quelques processus participatifs sur le territoire régional de l’Emilie-Romagne et plusieurs jeunes – présents sur les lieux et par vidéoconférence – qui ont emporté le Prix René Cassin pendant les éditions dernières outre aux deux jeunes ( et leurs familles) qui ont été primées officiellement pendant le séminaire.

Ecouter les témoignages directs de Alessandra Pierella (du Sénégal), Tiziana Fusco (de l’ Ethiopie), Massimo Fortunato, Giulia Rucireta et Clara Csilla Romano sur l’impact que la période de travail-formation dans les bâtiments reliés à la KIP IS dans les différents pays a eu sur le développement professionnel et personnel des jeunes a été très émouvant. D’après les témoignages les facteurs qui ont eu un rôle prééminent sont trois: la durée suffisamment longue de la période de la bourse formation-travail (10 mois); la qualité des expériences/organisations d’encadrement et leurs pertinence aux sujets d’études et aux passions des jeunes boursiers. En effet, jusqu’à présent ces jeunes professionnels du développement et des droits travaillent dans les organisations nationales et internationales de la coopération et dans les organisations non-gouvernementales vouées au développement et à la promotion des droits dans le secteur privé engagé en la responsabilité sociale des entreprises. Yuri Torri, Conseiller Secrétaire du Bureau de Direction de l’Assemblée Législative a affirmé pendant la cérémonie de remise des prix des deux nouvelles boursières (Valentina Manca et Francesca Accerra) que "Reconnaitre l’engagement civique et les mérites de ces jeunes" est l’objectif du prix et il prouve la clairvoyance de cette Région pour avoir choisi  d’investir en les jeunes générations".

Francesca Acerra, l'une des lauréates du prix René Cassin, édition 2018-2019

La deuxième section, introduite par Leonardo Draghetti, Directeur général de l’Assemblée Législative comptait deux tables rondes. Pendant la première, coordonnée par Rossana Mengozzi du Bureau de soutien au Garant de la participation, trois expériences concrètes soutenues de l’Assemblée législative et de la Région Emilie-Romagne et une méthode de participation ont été présentées.

Claudia Mazzoli, dirigeante de l’Union Valle del Savio et référente du projet financé par l’appel d’offre 2017 "Quel futur pour la montagne" a présenté le parcours participatif qui avait pour but d’identifier une stratégie de développement socio-économique des territoires montagnards de l’Union.

Sara Branchini, du Centre Antartide de Bologna, a présenté le parcours de la Commune de Anzola de l’Emilie pour la conception du Bilan participatif. Le Centre Antartide a ensuite utilisé cette expérience pour créer un modèle de bilan participatif pour les communes de dimensions moyennes.

Monia Guarino, architecte et facilitatrice de plusieurs expériences de développement sur le territoire régional a présenté la "carte de communauté", un outil de participation utilisé dans plusieurs parcours de développements réalisés dans la Région et ailleurs.

Et enfin Maria Augusta Nicoli, directrice de l’Agence sanitaire de la RER a illustré son travail intitulé "Community Lab" sur les innovations sociales dans le cadre de l’assistance publique de communauté effectué en partenariat avec différents établissements brésiliens.

Les questions: "Quel rôle pour les universités?" et "Quel est l’apport des liaisons internationales?" ont fait l’objet d’un débat.

L’idée de créer un réseau international d’initiatives formatrices reliées à un réseau international de laboratoires territoriaux de développement participatif a été longuement discuté pendant la deuxième table ronde gérée par Mirella Orlandi du Service des politiques européennes, planning, coopération, évaluation de la RER et introduite par Luciano Carrino, Président de la KIP IS.

Oumar Wade (Ministère du Gouvernement local, développement et la gestion territoriale du Sénégal) et Sambou Ndiaye (Professeur de l’Université Gaston Berger de Saint-Louis) sont intervenus en vidéoconférence du Sénégal. Monsieur Wade a parlé des reformes en cours dans son pays qui placent de plus en plus le territoire au centre des politiques sur la décentralisation, le développement local et la participation. Il a retenu que le manque d’informations systématisées sur les expériences de développement local détermine le fait que les politiciens et les techniciens prennent difficilement ces expériences en considération dans leurs stratégies de développement national. En outre, la réduite quantité et qualité des ressources humaines en mesure de piloter et accompagner le développement local empêche de surmonter les approches centralisées, macro-économiques et sectorielles actuelles.

Le Professeur Ndiaye a illustré les tendances actuelles dans les Universités sénégalaises de différentes régions qui vont vers une liaison organique avec le territoire pour en développer les atouts aussi en organisant des activités de formation pratiques selon les priorités territoriales et une orientation majeure vers la recherche-action participative. Un clair exemple est fourni par la constitution d’une Ligue de recherche Université-Territoire à St. Louis, qui inclut l’Université Gaston Berger, l’Agence Régionale de Développements et les différents acteurs associatifs de la Région. Trois recherches-actions ont été déployées avec le but de co-construire des savoirs et de co-produire des actions de développement.

Clara Csilla Romano, une des bourses de l'édition 2017-18 du Prix René Cassin

Tandis que la didactique dans les universités italiennes est souvent accrochée à des modèles traditionnels et sectoriels, comme a rappelé Gabriele Tomei (Université de Pise), il y a plusieurs exemples du rapport vertueux entre les universités et le territoire. Par exemple, Angelo Stefanini (Université de Bologne) a décrit son expérience dans le domaine de la santé en Afrique et de l’assistance publique dans la RER. Alberto Giasanti (Université de Milano Bicocca) a fait état des expériences à Cuba et au Nicaragua, dans ce dernier cas c’est l’Université même qui a porté la didactique directement dans les barrios, résolvant ainsi différents problèmes pratiques et en produisant la « connaissance qu’il faut ».

La valeur des rapports internationaux et dans la didactique et dans la recherche a été mis en exergue par les rapporteurs. Giuseppe Giliberti (Université de Urbino) a dispensé des informations à propos de la collaboration entre le CNR à Naples et les Universités du réseau Euro Mediterranea qui ont organisé des initiatives de formation pour les professionnels du développement et des droits humains aussi en proposant de relier ces activités au réseau international de recherche et formation pour les professionnels du développement. Alberto Giasanti a parlé du doctorat sur le développement humain dont le chef de rang est l’Université de Milano Bicocca, qui comprend des Universités cubaines, nicaraguayennes et argentines. Augusta Nicoli a rappelé la participation des collègues brésiliens dans la production d’innovations sociales dans la RER même.

En conclusion de la Table Ronde, Mirella Orlandi a manifesté que la coopération de la RER, déjà très engagée au Sénégal, est intéressée à suivre attentivement le travail pour la construction du Réseau international.

Sara Swartz, directrice du programme Universitas de la KIP IS  a souligné à travers les synthèses des travaux de la journée que les laboratoires territoriaux ont représenté le fil rouge de la journée. Ces laboratoires ont été fondamentaux pour les parcours de formation des vainqueurs du Prix Cassin; ils ont contribué à la création d’innovations sociales dans la RER aussi et à l’émergence et la systématisation des innovations sociales au Sénégal ; ils ont aidé à innover la didactique et à résoudre des problèmes concrets au Nicaragua, en Uganda et en Tanzanie. Bref, tous les participants étaient d’accord sur le fait que, dans le processus de construction d’un réseau international d’initiatives de formation et recherche sur le développement, il y aurait lieu de céder la priorité à la constitution de laboratoires territoriaux interconnectés, aussi car ces derniers peuvent innover la didactique universitaire même.

En conclusion, le Directeur Draghetti s’est engagé pour offrir la participation de l’Assemblée Législative au processus de construction du réseau proposé par la KIP IS qui à son tour a déclaré de considérer la RER une associée importante de ce processus. La KIP IS a informé qu’elle est en train d’œuvrer afin  d’organiser une rencontre internationale sur le sujet le printemps prochain avec la participation des Organisations Internationales, de l’ Union Européenne, des Administrations Publiques nationales, régionales et locales,  des Universités, des associations et du secteur privé engagé dans le domaine de l’économie circulaire, écologique et territoriale suivant l’Agenda 2030.

Vers le haut

Quick Links

Universitas Forum Revue Internationale 

HDRNet Bibliothèque Électronique

Histoires du terrain partagées par nos stagiaires

WebSite developed by Archimede Informatica powered by TYPO3 CMS         ||         Cookie policy